Articles Récents

  • Via Vitae, par Dominique Ehrhard, avec Via Vitae !
    Bonjour ! Pour découvrir Via Vitae, un jeu de la Renaissance italienne (à quelques années près), par Dominique Ehrhard et Sid Sackson, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play
    Bonjour ! Pour découvrir Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Full Moon, par Claude Leroy et The Horrors, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Nottingham, par Uwe Rosenberg et Hellions, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • La Ciste des 7 erreurs (ou plus)
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Venez découvrir une nouvelle ciste dans l'Yonne ! ►►► http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2016/03/ciste-le-jeu-des-7-erreurs-ou-plus.html Merci à tous pour votre belle fidélité :)
  • Petits Papiers Ludiques
    Bonjour ! Pour découvrir les tout nouveaux Petits Papiers Ludiques, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur Chouette La Vie ! :)
  • Deux nouvelles cistes à découvrir
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Il y a deux nouvelles cistes à découvrir dans l'Yonne ! • "La Siste plène de photes et de rat-hures" : http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2015/12/la-siste-plene-de-photes-et-de-rat-hures.html • Et...
21 août 2006 1 21 /08 /août /2006 20:24


Aujourd’hui, j’avais un rendez-vous à l’ANPE. Ben oui, l’ANPE, sur ce blog, c’est comme la machine à laver, c’est un marronnier.
Et voilà qu’ils m’avaient encore changé d’agence. Et la nouvelle, bien entendu, est loin de chez moi.

 

De toute manière, pas le choix, je dois y aller. Ma litanie habituelle est prête.

Arrivée sur place, je trouve le lieu un peu étrange. Désert. Bon, il y a bien ces jolies poutres en bois, c’est sympa, chaleureux. Sauf qu’il n’y a personne. J’attends, debout comme une idiote dans le hall. J’ai bien fureté un peu, mais non : c’est vraiment désert.
Une dame finit par venir, regarde ma convocation et me dit : « Ah mais pour le CNRJ c’est au premier étage ! ».

 

Je monte… deux personnes. On me prend ma convocation, et on me dit d’attendre « là ». Une salle déserte, même pas la gazette de l’emploi à lire, pas de classeurs d’annonces, aucune affiche au mur. Rien. Bon ben… attendons.

 

Le « CNRJ », oui, vous avez bien lu. Ça fait une semaine que je peste en voyant ce sigle. CNRJ. Un truc du plan de cohésion sociale ça ! Ils se mettent à parler djeunz et SMS pour faire proche du public en citant une radio pour les ados.

Hm, sauf qu’en montant l’escalier, j’ai bien cru voir le mot « journalisme ». Mais ça doit être dans ma tête, parce que l’ANPE des journalistes, c’est rue des martyrs, juste à côté, pas rue blanche. Et évidemment, avec ma chance habituelle, j’ai été convoquée rue blanche.

J’attends, j’attends. Un monsieur vient pour attendre aussi. On papote. Et vous, c’est quoi votre métier ? Ah ? Vous avez été condamné à de la prison ferme suite à un papier publié dans… UN PAPIER ? Vous êtes journaliste ?!!!! Il est journaliste, non j’y crois pas là, c’est pas possible ! Ça doit être une coïncidence. Le monsieur est appelé pour son rendez-vous. Un autre vient. Et son téléphone sonne : « Ben oui, je n’ai pas pu avant, j’avais un papier à remettre pour Africa One. Et sinon tu te rappelles le rédac’chef dont je t’avais parlé l’autre fois ? Ben le contact a été excellent et… ».

Bon sang, non, je n’en crois pas mes oreilles, je suis à l’ANPE des journalistes. Ça fait des années que je supplie pour être rattachée à cette ANPE. Ce n’était pas possible, car les agences étaient sectorisées par quartier, et la mienne, c’était « O.S. et petites mains ». Rien à faire pour en changer. Et ils m’avaient bien prévenue que je pouvais aller chez les journalistes si je voulais, qu’il n’y aurait personne pour m’aider ni pour me recevoir, et que je n’aurais pas accès aux annonces. Parce que j’étais O.S. et petites mains, c’est ce qu’on fait dans mon quartier, et donc, je n’ai pas le choix. Si, à la rigueur, « technicienne de surface », ils acceptent. Mais c’est tout.

Mon rendez-vous arrive. Je dis à la dame :

 

-    Pardon, mais… Je suis bien à l’ANPE des journalistes ? Parce que je croyais que c’était rue des martyrs, et là, on m’a changé d’agence sans rien me dire, et ça fait des années que je réclame pour venir chez vous, si c’est bien vous. ».
C’est bien eux. L’ANPE des journalistes. Le CNRJ : Centre National de Reclassement des Journalistes.

 

-    Mais attention ! C’est votre premier rendez-vous chez nous, et probablement le dernier.

 

-    Ah ? Mais ça fait des années que je veux venir madame !

 

-    Oui mais non, ce n’est pas possible.

 

-     Ah…

 

-    Et d’abord, vous êtes journaliste ?

 

-    Eh bien oui, disons que je travaille dans la presse, oui.

 

-    Hum, et vous y faites quoi dans la presse ?

J’explique.

 

-   Hum… Bon, d’accord, mais je vous préviens, je vais vous tester, pour être certaine que vous êtes bien ce que vous prétendez.

 

-   Euh oui, d’accord madame, allez-y, posez-moi toutes les questions que vous voulez…

Ze test…

La dame m’explique :

 

-    Votre code ROME (code employé par l’ANPE pour définir les métiers) a fait que vous avez été directement envoyée chez nous, dans le cadre du plan de cohésion sociale. C’est basé sur ce que les gens déclarent, et ce que les gens déclarent peut être erroné ou non-actualisé. J’ai reçu des instructions formelles : il faut que je démasque tous les gens qui se prétendent journalistes et qui ne le sont pas. Et pour ceux qui le sont, je dois les pousser à changer leur code ROME afin qu’ils ne fréquentent plus cette agence.

 

Je la regarde avec des yeux tout ronds.

 

-   Tous les journalistes et ceux qui se prétendent tels sont envoyés chez nous. Il y a quatre mille journalistes inscrits à l’ANPE sur Paris, et nous devons également recevoir ceux de province.

 

-    Oui mais…

 

-    Oui, mais nous ne sommes que quatre employés dans cette agence, à raison d’un rendez-vous par mois, pour suivre tous les journalistes dans le cadre du plan de cohésion sociale. Ça signifie que je dois voir deux cents personnes par jour.

 

-    Euh, pardon madame, vous pouvez répéter s’il vous plaît ? Je crois que je n’ai pas bien compris les chiffres.

 

-    Si je pense que vous avez très bien compris. Nous sommes quatre employés, nous avons plus de quatre mille personnes à voir chaque mois.


 

Bon, ne perdons pas courage, ne perdons pas courage… La dame n’arrête pas de me tester. Sauf que… héhé, je comprends bien son jargon, évidemment ! Et qu’est-ce que j’ai sous le bras ? Hein ? Tous mes numéros de Plato-magazine ! Trop fort Plato ! Merci mon rédac’chef, merci Didier !

 

-     Mais à part ancrer un peu plus votre titre dans le paysage français, vous avez d’autres projets ? Parce que là, vous n’avez pas besoin de nous, vous vous débrouillez très bien toute seule, vous n’avez aucune raison d’être au CNRJ.

 

Eh bien oui, j’ai d’autres projets ! J’explique encore.

 


-           Hum, c’est intéressant ce que vous me dites. Vous avez essayé ça ?

Trop fort ! L’idée de la mort qui tue, je n’y avais pas pensé ! (Euh non, je ne vous dirai pas de quoi il s’agit ;-)). Et boum boum boum, ça papote, des idées géniales comme s’il en pleuvait ! Des portes qui s’ouvrent partout. La dame, rien que pour ça, même s’ils ne peuvent pas me garder au CNRJ, j’ai déjà une dette énorme envers elle. C’est la première fois que j’ai un rendez-vous à l’ANPE constructif, intéressant, qui ouvre plein de perspectives.


 

Et au bout d’une demi-heure, le verdict :

 

-    Nous faisons une réunion d’information une fois par semaine, le lundi de bonne heure.

 

-    Oui, mais c’est comme à l’ANPE ou c’est pour les journalistes ?

 

-    Mais non enfin ! Ce sont des réunions pour les journalistes, rien à voir avec l’ANPE !


 

Je crois rêver quand elle m’explique… Bon sang, j’y vais à cette réunion ! J’y cours, je fais tout ce qu’ils me diront ! La prochaine a lieu le 4 septembre, le jour de la mort de mon père, mais j’y serai. Si je peux… S’ils veulent bien me garder au CNRJ…

-           Vous êtes acceptée au CNRJ. Vous aurez dorénavant accès à toute la documentation, et nous restons à votre entière disposition pour vous venir en aide, à quelque moment que ce soit. Bienvenue parmi nous.

 

 Bon sang, je rêve ! Enfin non, je ne rêve pas, j’ai bien compris ce que m’a dit la dame. Je ferai tout comme elle a dit. Je serai là. J’ai une patate d’enfer !

 

Merci l’ANPE !


 

C'est trop chouette la vie tout court !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

René-Pierre Balme 14/10/2008 11:17

Trop bien ton papier ! Et très instructif ; J'ai justement un RV le 7 novembre prochain à l'ANPE Journaliste et ton expérience de cette noble institution va m'aider à me préparer. Merci encore

ivy 11/09/2006 13:37

héhé, merci ticoche ;-)mais on n'en est plus au stade des idées, c'est déjà du concret tu sais :-)
il faut juste réussir à le faire passer :-o(et en ce moment, j'ai trop de taf pour mener cette bataille ;-))
mais j'y crois à donf, ça va marcher :-)

Ticoche 11/09/2006 12:04

Bravo pour ce contacte réussis avec l'ANPE ! Je te souhaite un futur prometteur, et que tes idées se matérialisent !
Félicitation IvyBisousTicoche

ivy 10/09/2006 11:14

merci mon benbidou :-p

benbow 10/09/2006 09:01

Je passe par hasard... et je tombe sur cette super nouvelle !
Bravo Ivy, t'es la meilleure ! :D
Gros bisous

pigeon vole 08/09/2006 18:31

Si c'est le taf qui t'empeche de repondre pas grave! au contraire!
Bisoussssssss

ivy 08/09/2006 13:08

j'ai trop de taf, pas le temps de répondre !!!! ^^
mais la réunion, c'était chouette oui :-)
à bientôt :-)

PIGEON VOLE 08/09/2006 12:35

ivy???

tof 04/09/2006 22:42

C'est le 4 septembre, là.Des nouvelles !

casper 30/08/2006 14:33

Bravo et prépare bien ton entretien du 4 qui approche !