Articles Récents

  • Via Vitae, par Dominique Ehrhard, avec Via Vitae !
    Bonjour ! Pour découvrir Via Vitae, un jeu de la Renaissance italienne (à quelques années près), par Dominique Ehrhard et Sid Sackson, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play
    Bonjour ! Pour découvrir Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Full Moon, par Claude Leroy et The Horrors, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Nottingham, par Uwe Rosenberg et Hellions, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • La Ciste des 7 erreurs (ou plus)
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Venez découvrir une nouvelle ciste dans l'Yonne ! ►►► http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2016/03/ciste-le-jeu-des-7-erreurs-ou-plus.html Merci à tous pour votre belle fidélité :)
  • Petits Papiers Ludiques
    Bonjour ! Pour découvrir les tout nouveaux Petits Papiers Ludiques, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur Chouette La Vie ! :)
  • Deux nouvelles cistes à découvrir
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Il y a deux nouvelles cistes à découvrir dans l'Yonne ! • "La Siste plène de photes et de rat-hures" : http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2015/12/la-siste-plene-de-photes-et-de-rat-hures.html • Et...
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 13:38

 

Focus-Sid-Sackson-copie-1.jpg

Une magnifique image de GameGuyThinks

 

En 1963, l’américain Sid Sackson faisait paraître Focus. Connu sous divers noms (Domination, Dominio), et publié par une dizaine d’éditeurs différents, Focus a reçu le prestigieux prix du jeu de l’année allemand (Spiel des Jahres) en 1981. En 2013, ce jeu époustouflant fête ses cinquante ans. Focus se joue à deux ou à quatre, en équipe. Le but est d’empêcher tout mouvement adverse.

Comme régulièrement chez Sid Sackson, le placement de départ est plutôt inhabituel. Départ à deux joueurs (les deux images ci-dessous sont issues de la règle traduite et mise en ligne par François Haffner, JeuxSoc.fr) :


Focus Sid Sackson Nneka John Reuben Position de départ à 

 

Départ à quatre :

Focus Sid Sackson Nneka John Reuben Départ 4 joueurs

 

 

À tour de rôle, les joueurs déplacent leurs pièces de façon orthogonale, et les empilent. Une pièce se déplace d’une seule case, deux pièces de deux cases, trois pièces de trois cases etc. On peut empiler ses pièces sur celles de l’adversaire : la tour appartient à celui dont la couleur coiffe le sommet. Il est possible de couper une tour pour n’en transporter qu’une partie. On se déplace alors du nombre de pions transporté.
Les tours ne peuvent jamais dépasser cinq pièces de haut. Lorsque cela se produit, on enlève toutes les pièces excédentaires au bas de la pile. Se présentent alors deux possibilités : la pièce appartient à votre adversaire, elle est définitivement écartée. Elle vous appartient, vous la remettez dans votre réserve. À votre tour, vous pourrez la remettre en jeu, où vous le désirez, y compris, bien sûr, sur la couleur adverse. Lorsqu’un joueur ne possède plus de pièce apparente, ni aucun pion en réserve, il a perdu et son adversaire est déclaré vainqueur.

 Focus Sid Sackson Nneka John Reuben boîte

 

Focus n’est certainement pas le premier jeu d’empilement : les Dames, par exemple, le précèdent de quelques millénaires ! Il a cependant ouvert la voie à de nombreux jeux modernes tels que Dvonn de Kris Burm en 2001 ou, un peu plus tôt, le Gounki de Christophe Malavasi en 1997 ou encore le célèbre Avalam Bitaka de Philippe Deweys dès 1995. Les règles sont très simples et abordables par tous. Contrairement à la plupart des jeux, il n’y a aucune phase d’approche : les pièces amies et ennemies se trouvent directement en contact. Cela vous permet une attaque instantanée, mais bien entendu il faut s’attendre à une riposte éclair de l’autre joueur. S’il est facile de recouvrir les pièces hostiles, il faut bien se dire que tant que l’adversaire possède un ou des pions dans sa réserve, il n’a pas dit son dernier mot et reste excessivement dangereux. De fait, il n'est pas rare que de puissants coups de théâtre agrémentent vos parties. 

 

Domination Focus Sid Sackson John Reuben Nneka

 

Focus est un jeu adulé par un nombre incalculable d’artistes à travers le monde. Des dizaines de morceaux en chantent les louanges, de la version « mother fucker » à l’interprétation un peu plus chevelue (certains musiciens ont très vite saisi l’aspect « combatif » du jeu). Il semblerait même que Jean-Sébastien Bach ait proclamé son adoration de Focus dans sa « Toccata et Focus en ré mineur BWV 565 », trois siècles déjà avant la sortie du jeu. Je n’ai malheureusement pas réussi à mettre la main sur un enregistrement d’époque. En attendant d’en trouver un, je vous propose, une fois n’est pas coutume, deux chansons. À jeu exceptionnel, choix de musique exceptionnel !
La première nous est offerte par l’américain John Reuben. Elle date de 2007. Ses paroles traduisent parfaitement le ressenti que procure le jeu, à croire que l’interprète en a joué de très nombreuses parties : 
 

 

 

Le second morceau nous est brillamment servi par la chanteuse germano-nigériane Nneka dès 2008. Cette version, bien qu’un peu plus politique, n’en reste pas moins un hommage vibrant au jeu de Sid Sackson : 

 

 

C'est chouette, la vie de joueuse !

 

 

Vous aimerez aussi :

- Mamma Mia, Uwe Rosenberg et les Négresses Vertes
- Mana, Claude Leroy et le Muppet Show
- Manhattan, Andreas Seyfarth et Ella Fitzgerald
- Take it easy, Peter Burley et Ghinzu
- Luxor, Gunter Baars et Philippe Katerine
- Tekao, D. Manetti et Ottawan

Partager cet article

Repost 0

commentaires