Articles Récents

  • Via Vitae, par Dominique Ehrhard, avec Via Vitae !
    Bonjour ! Pour découvrir Via Vitae, un jeu de la Renaissance italienne (à quelques années près), par Dominique Ehrhard et Sid Sackson, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play
    Bonjour ! Pour découvrir Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Full Moon, par Claude Leroy et The Horrors, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Nottingham, par Uwe Rosenberg et Hellions, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • La Ciste des 7 erreurs (ou plus)
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Venez découvrir une nouvelle ciste dans l'Yonne ! ►►► http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2016/03/ciste-le-jeu-des-7-erreurs-ou-plus.html Merci à tous pour votre belle fidélité :)
  • Petits Papiers Ludiques
    Bonjour ! Pour découvrir les tout nouveaux Petits Papiers Ludiques, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur Chouette La Vie ! :)
  • Deux nouvelles cistes à découvrir
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Il y a deux nouvelles cistes à découvrir dans l'Yonne ! • "La Siste plène de photes et de rat-hures" : http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2015/12/la-siste-plene-de-photes-et-de-rat-hures.html • Et...
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 12:56

collage-lune-N.jpg

 

Tout le monde sait qu’on voit la Grande Muraille de Chine depuis la lune, que c’est Parmentier qui a importé la pomme-de-terre en France et qu’il y a du fer dans les épinards.

Au fait, vous connaissez quelqu’un, vous, qui est allé sur la lune pour vérifier ?

 

Oui, vous connaissez quelqu’un, -> ici !

 


C’est chouette la vie de tous les jours !

Repost 0
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 10:51

Loose Change.
Il suffit parfois de si peu de bon sens...

Attention, installez-vous confortablement, ça vaut la peine d'être regardé en entier ;-)


C'est pourtant si chouette la vie tout court !

Repost 0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 19:23

Le dimanche 3 juin 2007 marquera l’histoire : c’est ce jour qu’a eu lieu le premier championnat du monde de Mana et d’Exxit. Au forum des Jeux mathématiques, organisé en marge du salon éponyme, à la mairie du 6e arrondissement à Paris, place Saint Sulpice.

 

La foule s’était déplacée en masse, à tel point qu’à certains moments, on voyait les gens s’asseoir à trois personnes sur une seule chaise :

 

 

 



Le tournoi de Mana réunira seize participants venus de toute la planète. Les qualificatifs se jouent en deux manches gagnantes, avec une pendule de cinq minutes.

 

On voit ici les huitièmes de finale, qui opposent Timothée Leroy et Pierre Damierparisien, à gauche, et Vincent Everaert à une charmante vahiné.

 

 

 

Ou bien encore pak, représentant la Bourgogne bourguignonne, opposé à Valentin, venu tout spécialement de Winnipeg, Canada.

 

 

 

Les choses se corsent en quart :

Timothée Leroy et Vincent Everaert, ne se sachant pas observés, essaient de faire de la musique en pianotant sur les touches des pendules. Au premier plan, Karim pense à sa Lorraine natale et Yannick Nounouille est tellement concentré qu'il ne se rend pas compte qu’il joue sans ses pièces :

 

 

 

Le tournoi va bon train et c’est en finale que nous retrouverons Karim de Lorraine et Valentin de Winnipeg. Ils sont plongés dans d’intenses réflexions.

 

 

 

Mais Karim sourit.

 

 

 

Cela signifierait-il que… ?
Oui ! Karim est le premier champion international toutes catégories du tournoi historique de Mana ! On le voit ici recevoir son diplôme en parchemin de cuir, remis par Timothée Leroy en personne, tandis que Valentin se console en grignotant une pendule.

 

championnat_mana_jactalea_salo-on_diplome_en_parchemin-7fdb.jpg

 

 

Laurent Journaux discute avec Tim dans le dos de Karim :

 

tounoi_mana_exxit_jactalea_sal-ee_leroy_derriere_karim-2d43.jpg

 

 

Puis il se case une petite partie impromptue avec l’auteur pour s’entraîner avant le tournoi international d’Exxit :

 

jactalea_salon_jeux_mathematiq-ert_et_laurent_journaux-96f3.jpg

 

 



Tim fait des assouplissements (ou chercherait-il à se cacher ?) avant le début de la compétition :

 

 

 

 



Le championnat du monde d’Exxit sur table occupe douze personnes réparties en quatre poules. Les parties se jouent en vingt-neuf tuiles, mode « expert » avec départ à six tuiles. Les pendules sont réglées à dix minutes.

 

Les premiers matchs opposent notamment Timothée Leroy, en bas à droite, à Yannick Nounouille, à gauche, ainsi que moi-même, juste au-dessus, à Vincent Everaert. C’est le début, on rigole encore (ça ne va pas durer) :

 

championnat_exxit_jactalea_sal-everaert_premire_tour-1-8984.jpg

 

 

 

Et là, on voit que Vincent triche ! Oui, il me montre comment faire ! Sa main désigne clairement une tuile, qui me permettra d’oser un coup sans lequel je n’aurais jamais gagné :

 

 

 

 

Heureusement, Pierre réparera cette injustice en me sortant d’Exxit. Il joue tellement bien que j’en oublie et ma couleur et la règle du jeu. Pierre arrivera bien entendu en demi-finale, et sera opposé à Yannick Nounouille. On peut les admirer ici, au premier plan, devant Axel Indygo, en haut à gauche, et pak à droite.

 

championnat_exxit_jactalea_sal-dygo_et_pak_demi-finale-416a.jpg

 

 

 

La grande finale verra se rencontrer Axel Indygo et Yannick Nounouille. Ces deux garçons sont tellement forts qu’ils jouent les yeux fermés :

 

championnat_exxit_jactalea_sal-_jouent_les_yeux_fermes-b6ba.jpg

 

 

 

La partie est terminée. Axel Indygo a beau compter et recompter les pièces, c’est bien lui qui sort grand vainqueur du premier championnat du monde d’Exxit, en battant Yannick 28 à 20.

 

championnat_exxit_jactalea_sal-_vainqueur_de_la_finale-06b5.jpg

 

 

 

Timothée Leroy est tellement enthousiaste qu’il invente une redoutable ouverture à Exxit, en mode « expert » :

 

 

 

Sauf qu’il ne sait pas trop comment continuer le jeu dans cette configuration, ce n’est pas très malin :

 

championnat_exxit_jactalea_sal-_sait_comment_continuer-0087.jpg

 

 

 

Vincent Everaert sourit avec Yannick Nounouille :

 

championnat_exxit_jactalea_sal-lle_et_vincent_everaert-2161.jpg

 

 


Vincent Everaert discute avec Laurent Journaux :

 

 

 

Vincent Everaert taille le bout de gras avec Pierre et Axel Indygo :

 

 

 



Il faut savoir que quand il ne papote pas, Vincent Everaert est auteur de jeux. Tortuga par exemple, qui vient de sortir. Encore un très bon et très beau jeu, avec de véritables coccinelles en bois blanc. Ah ! On me signale qu’il pourrait bien s’agir de tortues, ce qui expliquerait le titre du jeu qui restait jusque là assez opaque.
Le but du jeu est simple : relier le bord opposé du tablier de jeu en sautant par dessus les tortues-coccinelles. Quand on passe par dessus une tortue-coccinelle du camp adverse, hop, on la retourne ! Mais rassurez-vous, elle n’est pas morte pour de vrai : on pourra bientôt la ramener à la vie, et même la prendre dans son camp !

 

 

 

Un autre joueur tellement fort qu’il joue à Tortuga les yeux fermés :

 

tournoi_mana_exxit_jactalea_sa-t_everaert_chez_gigamic-95c0.jpg

 

 

Vous pouvez retrouver la plupart des vedettes de cette journée historique dans le tout nouveau club « Jeux abstraits », associé au club de jeu de dames de Montrouge, au 105 avenue Aristide Briand, Maison des associations, salle 9A/9B, à Montrouge. C’est très facilement accessible par la ligne 4 du métro parisien, station Porte d’Orléans. Et c’est tous les jeudis soir, de 19 à 23 h. Venez nombreux !

 

C’est trop chouette la vie de joueuse !

 

 

Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 00:30

 

Que croyez-vous qu’ils faisaient, au Moyen-âge, quand il y avait une panne de courant, que la télé était en rade, et qu’il n’y avait plus assez d’essence à mettre dans le cheval pour aller en ville voir le dernier Rambo ?
Eh bien ils jouaient ! À la Gameboy  ? Non, on vient de vous dire que le courant était en rade ! Ils jouaient à des vrais jeux de société. Ah bon, le Monopoly alors ? Non, enfin oui, si vous y tenez : des jeux sans électronique, avec un plateau et des pions. C’est donc bien le Monopoly ! Mais aussi et surtout :

-          Le Alquerque

-          Les Merelles

-          Les échecs avec des dés (oui oui, comme au Monopoly, grrrr !)

-          Et deux étonnants jeux nordiques, également du Moyen-âge : le Tablut et le Shakku.

 

Ça a l’air encore plus chouette que le Monopoly, je veux y jouer ! Comment faire ?
Vous rendre au Repaire du Dragon. Oui, car tout le monde sait que les dragons piaillaient sur les branches de tous les arbres au Moyen-âge et salissaient même parfois les lampadaires. Mais ? Ce n’est pas un peu dangereux, un dragon ? Que nenni, gentes gens ! Messire Denis Alleaume, un monsieur avec un heaume (oui, pardon, elle était facile celle-là !) vous accueillera, au côté de Marc, pour vous présenter tous ces jeux merveilleux.

 

Une occasion unique de jouer au alquerque, aux merelles, aux échecs avec des dés, au tablut et au shakku, tous jeux du moyen-âge ludo-ludique !
C’est le mercredi 6 juin, à partir de 19 h, au Repaire du Dragon, 44 boulevard de Magenta, 75010 Paris.
Et bien évidemment, c’est gratuit !

 

C’est trop chouette la vie au Moyen-âge !

 

Repost 0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 14:37

 

Hier, ils ont enlevé la grue qui crânait devant ma fenêtre depuis des mois.

C’est drôle, j’ai l’impression que le ciel est tout nu.

 

 

 

C’est chouette la vie à Barbès !

 

Repost 0
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 07:42

Je pars quelque temps en Bourgogne.

Vous en avez assez des pommes et des cigognes. Alors pour patienter, voici un joli escargot à colorier.


Attention, jamais deux fois la même couleur dans deux cases contiguës.

À vos feutres !

 

 

 

En cliquant sur l'image, vous pouvez télécharger et imprimer cet escargot au format pdf. Vous en aurez même deux sur une page A4.

 

 

C'est chouette la vie des escargots à colorier !

 

 

Repost 0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 08:48

 

Je ne sais pas ce qui se passe. Aujourd’hui, j’ai passé l’aspirateur avec plaisir. Il me fait trop rire, cet aspirateur. Et j’ai confectionné des petits biscuits à la muscade. N’allez pas me dire qu’un biscuit, ça se fait avec de la farine ! Et j’ai nettoyé un placard. Je ne l’ai jamais trouvé aussi beau, aussi… souriant !

Non sincère, je ne sais pas ce qui m’arrive.
À part que demain, j’ai trente-neuf ans.
Et que j’ai rarement eu autant hâte de revoir mon cadeau d’anniversaire.

 

C’est super chouette la vie de tous les jours !

 

Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 10:47

 

Finie la grisaille, finis les soucis, j’ai mis mes mules à pompon et mon mini-bikini dans ma valise en simili et je suis partie. Direction Cannes. Cannes ? Oui, bien sûr, pour le festival ! Le festival international des jeux de Cannes.
C’est chaque année depuis vingt-et-un ans, en février. Chaque nouvelle édition rassemble un plus de monde. Cinq jours. 120 000 visiteurs en 2007.

La journée, on rencontre toute sorte de gens. Pas forcément recommandables.

Un monsieur à la chevelure quelque peu fantasque, alors qu’il y a quinze jours peine, il était encore si sage. Je vous laisse deviner le nom de son jeu. François Tréca à qui on essaie de revendre des petits pois (c’est du jade, mais peu importe, ça y ressemble les petits pois !). Attention, François vient d’ajouter une variante importante qui modifie les débuts de partie. Vous la découvrirez en cliquant sur la photo.

 

 

 

Restons dans les coiffures extravagantes avec Scual, Pascal Reymond et son non moins rocambolesque Dart Wars, un jeu tellement innovant que tout le stock s'est arraché en quelques mois (mais rassurez-vous, il est en cours de réédition).

 

 

Dans le genre manque de sommeil - la photo a été prise vers 15 h, rendez-vous compte !-, nous retrouvons avec grand bonheur Alexis, de REEL. À gauche de monsieur Kong, Manu, d'Asmodée qui, lui aussi, a semblerait-il eu bien du mal à se peigner. Dites, les garçons, c'est normal que vous portiez tous les deux la même chemise ?

 

 

 

Et voici son éminence Rody. Oui ! Le vrai Rody ! Comment puis-je en être certaine ? Eh bien il mange une pomme. C’est à ça qu’on reconnaît le vrai Rody. Méfiez-vous des contrefaçons. Vous pouvez faire un test : présentez une barre chocolatée et une pomme à un Rody, s’il choisit la barre, c’est un faux ! Vous pouvez pousser le test un peu plus loin : proposez-lui une pomme verte et une pomme rouge, s’il s’empare de la verte, c’est gagné, c’est le bon Rody ! Facile.

Rody donc, sur le stand Ferti.

 

 

 

Rody songeur et épuisé, le dimanche soir devant ses cartons :

 

 

 

 

Et hop, il se saisit d’une table extrêmement lourde ! Oui, je sais, vous aussi, vous trouvez Rody splendide dans l’effort.
(Désolée pour la qualité du cliché. On dirait une prise du Loch Ness, mais je n’avais pas mieux).

 

 

 

Comme nous sommes à Cannes, je voudrais vous présenter une autre star.
Son nom est Seb, Cooolseb. D’eludique.com bien entendu. Cooolseb est maître es flux et syndication RSS. Le plus grand, le plus beau, le plus fort, c’est lui !

Sur cette photo, il essaie de dissimuler le fait qu’il ne s’est pas rasé :

 

Mais il n’y a pas longtemps à attendre avant qu’il nous fasse son célèbre sourire du kangourou ravageur :

 

Tout festival qui se respecte a ses starlettes.
J’ai nommé Pierre. De la maison des jeux de Touraine. Des rumeurs saugrenues courent dans tout Cannes à son sujet. Il semblerait que ce garçon puisse être sérieux. Très, très sérieux. Eh oui, il travaille sur le handicap et le jeu. Toute forme de handicaps, toute forme de jeux. Vos remarques, questions, suggestions, propositions, que vous soyez éditeur, joueur, auteur, bricoleur ou particulier : tout, Pierre prend tout. Je vous donne son mail sur demande.

Cette photo représente Pierre de jour. Sur son stand. Austère. Grave. Presque sévère un peu.
À ne surtout pas confondre avec Pierre de nuit qui mérite bien son surnom de Pierre l’avarie comme nous allons bientôt le constater.

 

 

 

 Le festival est grand, le festival est gigantesque. 15 000 m² au bas mot. Je vais, poussée par les quatre vents, à la recherche de celle qui parmi les neuf portes me mènera à euh… l’endroit où l’on peut fumer une clope. Et j’arrive souvent, en tout extrémité, sur le stand de mah-jong !, qui est, comme chacun sait, un jeu chinois. Peut-être même bien sino-chinois quand on réfléchit. Le mah-jong, mon phare, mon sémaphore. Quelques grammes de poésie dans un monde ludique. Et croyez-moi, les gars d’Auxerre en garants de la poésie ancestrale, ils se posent là.

Voici donc Reno, le caïd. Un pur produit du chowbiz. « On dormira en rentrant, sinon c’est dans un an ». Oui, car Reno rentabilise son temps : il passe tout son festival à troquer de superbes pendentifs composés de tuiles authentiques de mah-jong, contre des accessoires de pacotille. Voyez par vous-mêmes, il n’a gardé que le dragon rouge. Il a échangé les cent quarante-trois autres tuiles contre un collier en or représentant des dés à six faces, une montre à quartz cassée, un badge blanc tout-à-fait inutile, et un faux téléphone portable. Nous gardons même quelques doutes quand à la provenance peut-être frauduleuse de son joli t-shirt argent et violet.

 

 

 
Et un autre lascar dans la bande du mah-jong. J'y reviendrai plus tard. En attendant, on le voit sur cette photo trafiquée, après d'astucieuses retouches sous Photoshop, semble presque réfléchi.

 

 

Entre starlettes et stars, à mi-chemin sur l’échelle de la gloire, on rencontre le stand de Jacques. Jacques Taléa, les jeux en cuir, bien sûr. N’allez pas me dire, petits coquins, que vous ne connaissez pas ! Hm, il se pourrait bien que ça s’écrive Jactalea d’ailleurs.

On y côtoie Toufik. Toufik, dit la fée du stand. Vous levez à peine le regard du jeu, qu’il sait avant vous ce dont vous avez le plus envie à ce moment précis. Hop, un café ? Un coca ? Une cigarette ? Une feuille de laitue autour de ton samossa ? Une pizza petits pois carottes ? Attends, reste assise, je prépare.
Toufik a tout, sait tout. Le génie qui exauce tous vos vœux. Toufik qui vous fait un petit clin d’œil pour vous remonter le moral, alors que lui-même ploie sous une charge de travail incommensurable. Toufik qui court partout dans le salon, le soir, à la recherche d’une corbeille pour jeter un malheureux bout de papier afin que le stand reste toujours propre. Un garçon hallucinant de gentillesse (شكرا أخ).

 

 

 

Si seulement la vie pouvait être aussi belle ! Mais évidemment, tel Cendrillon, Toufik est odieusement exploité par un être cruel et sans vergogne. Un éditeur aux dents longues, impitoyable ! Je suis en train de vous parler de Jacques. Euh, de Tim ! Timothée Leroy. Je vous livre son portrait pour que vous puissiez mesurer sa férocité :

 

 

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, quelques jours après le début du festival, nous voyons arriver sur le stand un homonyme parfait de Timothée. Claude. Claude Leroy. Que vous entendrez parfois appelé « Papa » (??). D’après les potins qui ne cessent d’enfler depuis le dernier salon des jeux mathématiques à Paris, il pourrait s’agir de l’auteur de plusieurs jeux publiés par Jacques. Non, par Tim ! Enfin, par Jactalea...

 

 

 

Regardez une dernière fois ce jeu et éteignez tout. C'est une présérie. Le gygès cuir n'existe pas. Silence. Tu n'as rien vu à Jactalea.

 

 

 

Une photo d'Exxit, de Vincent Everaert, sorti il y a peu :

 

 

 

Une affiche représentant les trois auteurs signés chez Tim, Jactalea. J'adore particulièrement Vincent en Village People.

 

 

 

Parce que qui vous a dit qu'on se prenait au sérieux dans les jeux abstraits ?

 

 

 

Sauf que Tim va faire un coup pendable à gygès. Admirez la mâchoire carnassière, le geste affuté comme une tempête à bâbord :

 

 

 

Tim est colère car je viens de le battre, que dis-je ! De l'humilier à Exxit de Vincent Everaert (32-32).

 

 

 

Le dimanche soir, Tim a subrepticement disparu sous prétexte d'aller chercher la voiture en laissant aux gars de soin de tout ranger. Jalal, venu prêter main forte, peste car le monte-charge est en panne, tandis que Toufik, enfin libéré, sourit :

 

 

 

Retrouverez un autre reportage sur le Festival de Cannes chez Tim, Jacques, Jactalea, Gygès -> ici.

 

Le soir, les choses se gâtent. Je vous avais prévenus.
Dès le début, un jeune homme nous aborde. C’est louche. Un proto à tester. Ça se passe en Égypte, on se fait attaquer par des chacals, des serpents, des babouins. Des avaries il paraît. Le jeu s’intitule La vallée des rois, une création d’Olivier Marlet. Je passe mon temps à casser tous les objets que Tim s’ingénie à collectionner, jusqu’au moment où je me prends un pieu dans l’épaule en ouvrant une salle. Cinq points de dégâts. On aurait pu me prévenir. On aurait pu aussi nous dire que le jeune homme qui nous présentait le jeu allait, dans un grand éclat de rire, cracher tout son coca sur le plateau tiré à l’imprimante jet d’encre (en bref irrécupérable). Tout ça pour nous montrer son bidon super sex.

 



C’était Pierre. On aurait vraiment pu nous prévenir… Et je vous tairai qu’à partir de 5 h du matin, il passait son temps à galoper à quatre pattes sur le parvis du palais des festivals. « Ben Pierre, qu’est-ce que tu fais ? », « Rien, je cherche une main ! ». Parfois, on ferait mieux de ne pas poser de questions.

 

Là, c’est madame Pandocréon, Corinne, quelque peu effrayée par le gros menhir de son Amaury de mari.

 

 

 

Pierre : « Ouh là là, un si gros menhir. Non, non, je ne saurais qu'en faire ! ».

 

 

 

On remarque derrière lui des gens essayant un nouveau jeu de Vincent Everaert. Ça se joue par terre, à genou. C’est le proto du jeu des petits lapins.

 

 

 

 

Continuons dans la finesse. Le jeu des t-shirts. Vous avez une arme sur chaque manche, une autre sur le ventre, ainsi qu’un bouclier. Si vous attaquez avec l’arme du ventre, elle est tellement puissante qu’il faut la laisser refroidir entre deux tours. Ensuite, on y met les doigts, ben oui, il est comme ça Amaury. Et on vérifie sur le tableau qu’on a dans le dos. Bon, évidemment, Pierre a du mal à comprendre un peu.
Super jeu, très drôle, en diaporama : Cybercréon, d’Amaury Bouchard. On y voit l’auteur s’imprégner de son rôle et même perdre son arme de gauche.

 

 

 


 

 


Heureusement, il peut arriver qu’on croise, la nuit, des gens normaux.

Advevan !

 

 

 

Il n’a pas l’air comme ça, mais c’est un super champion de… tout ! Un arbitre international ! Et un coach hors pair. Oui, c’est grâce à Advevan que mon équipe a remporté la médaille d’or au championnat mondial de Micro-mutants géant en 2004. Hm, je vous vois perplexe. Une preuve ? Et ça, c’est quoi alors ? (Merci à Reixou d’avoir retrouvé la photo).

 

 

 

 

Il y a aussi Deckard. Il a un sac rempli de clémentines du jardin !

 

 

 

Split & Spl-Eat, un proto de Francesco Rotta. En fait, la seule différence avec un jeu publié, c’est qu’il n’y a pas de nom d’éditeur sur la boîte. Tout est prévu, même les petits coussinets pour éviter que les pièces n’aillent taper sur le couvercle.

 

 

 

 

Et voilà notre troisième et dernier grand dragon du mah-jong. Pak qui réfléchit à Split.

 

 

 

Vous remarquerez que Pak a une fameuse tendance à devenir oblique quand il réfléchit. Ben oui, plus il pense, plus il penche et plus il penche, plus il pense. J’ose à peine imaginer ses raisonnements lorsqu’il est en position tout à fait horizontale.

Là sur son proto, Mouvements perpétuels, un jeu chinois :

 

 

 

 

Durant le festival, nombreux sont ceux à s’être réfugiés à « l’entrée des artistes ». Ce n’est pas un bistrot, mais une porte qui nous permettait de sortir pour fumer. C’est là que le garçon a fait le plus sensation. Ben oui, Pak, c’est quand même le fournisseur officiel de feu de Cannes. Normal quand on est dragon blanc. Et quand de surcroît on crée un jeu qui s’appelle L’âge du silex, il faut assumer. (De nombreux fabricants d’allumettes à travers le monde s’intéressent à ce jeu. Petit rappel : L’âge du silex est un jeu chinois).

 

 

 

« On dormira en rentrant, sinon c’est dans un an ».
Pressée de partir ? Non, pressée de revenir !

Prochaine édition : du mercredi 13 au dimanche 17 février 2008.

 

C’est trop chouette la vie de joueuse !

 

Jeux joués : Symbolix, Exxit, Dalapapa, Age of silex, Mana, Weykick, Pandocréon, Siam, Abalone, Garçon !, La vallée des rois, Pandocréon surdi, Cybercréon, Mouvements perpétuels ; Abalone (avec des patates grenailles et des petits oignons, si, si !), Pentago, Mana, Kamon, Khan tsin, Jericho, Garçon !, Split & Spl-Eat ; Razzia (nan, mais sincère, Râ sans les calamités, ça ne le fait pas), Adel verplichtet ; Mana, Mana, Mana, Mana, Mana, Mana, Khan tsin, Khan tsin, Khan tsin, Khan tsin, Khan tsin, Khan tsin, Khan tsin, Khan tsin, Mana, Kamon, Mana, Mana, Mana, Kamon, Khan tsin, Mana, Khan tsin, Mana, Mana, Mana, Mana, Mana, Khan tsin etc. (c’était les deux derniers jours au stand, il y avait encore plus de monde ;-)).

 

Le festival de Cannes
Repost 0
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 21:44

Ah super !

On vient de me voler tous mes papiers dans le métro. C’est la première fois en vingt ans à Paris. Il faut vraiment le vouloir, en me voyant, pour espérer, en me prenant quelque chose, y trouver des millions de dollars en petites coupures. Mais ainsi va la vie.

 

Recherches effectuées sur le net : porter plainte immédiatement dans le commissariat le plus proche. C’est bien, celui de la Goutte d’Or est juste derrière. Je vérifie les horaires d’ouverture : c’est bon, on peut y aller quand on veut, 24h/24 et 7 jours sur 7. Et ils confirment qu’on peut déposer une plainte suite à un vol de papiers.

Mais bon, comme je m’étais déjà fait tabasser, que j’y étais allée la tête en sang, et qu’ils avaient refusé de prendre ma plainte parce qu’ils avaient « des affaires beaucoup plus importantes à traiter », je préfère tout de même appeler.

Ah ben non, ils ne prennent pas les plaintes pour vol de papiers. Ils ont trop de boulot, ce n’est pas possible. Vous voyez, je vous l’avais bien dit ! Oui, mais c’est écrit sur Internet. Ben non, ils n’ont que trois ordinateurs qui rament, donc ils ne peuvent pas.

 

Bon, ok, j’irai au commissariat de la rue de Clignancourt. Pour éviter de perdre trop de temps, quels papiers dois-je fournir ? Un papier d’identité. Euh, oui, mais justement, je n’en ai plus. Ce n’est pas grave, prenez juste une pièce d’identité, ça suffira. Euh, oui mais pardon, je viens de vous dire qu’on me l’avait volée, avec tous mes autres papiers. Ah, ben, dans ce cas-là, ce n’est pas grave, demandez à votre famille de vous accompagner. Ahem euh, monsieur, je n’ai pas de famille, je fais comment ? Ah, pardon. Dans ce cas-là, vous demandez une copie intégrale de l’acte de naissance, et vous revenez ensuite.

 

Bon, si ça peut vous rassurer, on peut demander ce document par internet. Il vous est envoyé par courrier. Il faut juste vérifier que votre ville de naissance accepte ce type de demande. C’est -> ici.

 

On peut aussi demander le formulaire à remplir pour obtenir la carte. Enfin non, c’est un spécimen qui ne sert à rien.

On peut également suivre électroniquement où en est la procédure d’établissement de la carte. C’est bien l’Internet. Ah oui, mais sauf pour Paris.

Vous trouverez tous les documents à fournir -> ici

C’est simple, et votre carte vous sera remise sous dix jours. Rapide. « Sauf en cas de perte de l'ensemble des pièces d'identité ». Dans ce cas-là, à vrai dire, on ne sait pas trop…

 

Pour les deux photos que vous devez fournir, attention, vous n’avez plus de droit de sourire !

 

Ah ! Et pour les autres papiers, il faut également prévenir tous les organismes concernés (Sécu, Assedic, Caf etc.). Mais on a pensé à vous : il est impossible de les contacter par mail et tous les numéros de téléphone sont surtaxés.

 

C’est chouette la vie de tous les jours (mais heureusement que ça ne se produit pas tous les jours).

 

 

Repost 0
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 18:50

 

Il faut bien que je vous l’avoue, j’ai un coucou. Oui, un vrai coucou ! Cela fait environ neuf ans qu’il rythme ma vie de tous les jours. On le perçoit avec plus d’acuité le dimanche, un dimanche comme aujourd’hui, lorsque le quotidien a décidé de prendre un peu de repos. On discerne alors très bien la marche du coucou, tic tac, tic tac, tic tac. Présence rassurante qui habite la maison. Réconfort ronronnant dans le jour tranquille.

 

Il a une petite cellule photo-électrique qui l’empêche de sonner lorsque tombe le jour. Un système très élaboré, mais qui parfois se dérègle. Personnellement, je ne l’ai jamais entendu pérorer la nuit. Mes voisins se plaignent pourtant du déclenchement intempestif de mon coucou lorsque tout l’immeuble est assoupi. De temps en temps. Oh ! Les gens se montrent compréhensifs. Ils savent bien qu’il suffit d’un petit réglage pour que le lendemain tout rentre dans l’ordre. La belle mécanique est de nouveau prête à égrener le temps.

Courageux et infatigable, mon coucou compte chaque jour les heures qui passent. .

 

Mon coucou appelle tous les soirs à 19 h, avec une précision horlogère. Oui, 19 h, heure de la Freebox , jamais une minute de moins, et surtout pas une minute de plus.

À vrai dire, il ne fait pas vraiment « Coucou », mais plutôt « Miaou ».

D’ailleurs, il se prénomme Joseph :

C’est trop chouette la vie tout court !

 

 

 

Repost 0