Articles Récents

  • Pour découvrir les tout nouveaux "P'tits Papiers ludiques" avec, cette année, l'arrivée de quelques jeux de rôle et de nombreuses participations d'internautes, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite, sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Pour découvrir les petits jouets marcheurs rigolos qui ont enchanté plusieurs générations d'enfants, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Via Vitae, par Dominique Ehrhard, avec Via Vitae !
    Bonjour ! Pour découvrir Via Vitae, un jeu de la Renaissance italienne (à quelques années près), par Dominique Ehrhard et Sid Sackson, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play
    Bonjour ! Pour découvrir Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Nottingham, par Uwe Rosenberg et Hellions, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • La Ciste des 7 erreurs (ou plus)
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Venez découvrir une nouvelle ciste dans l'Yonne ! ►►► http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2016/03/ciste-le-jeu-des-7-erreurs-ou-plus.html Merci à tous pour votre belle fidélité :)
  • Petits Papiers Ludiques
    Bonjour ! Pour découvrir les tout nouveaux Petits Papiers Ludiques, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur Chouette La Vie ! :)
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 14:59

 

 

légumes en bocaux(1)

 

 

On me demande souvent la recette et des explications sur la lacto-fermentation. C’est une méthode très ancienne pour conserver les légumes. Ils sont plongés, crus, dans de l’eau salée, et se conservent ainsi des mois, voire des années. Le grand avantage, par rapport à une conserve traditionnelle : ils gardent donc toutes leurs propriétés nutritionnelles et, mieux, ils en développent de nouvelles !

Lorsque vous fermez le bocal, vous créez un milieu anaérobie où les bactéries lactiques vont se développer. Elles acidifient la préparation, et empêchent par là même les moisissures. C'est de l'acide lactique qui est produit, pas du lactose : cela signifie que les personnes allergiques au lait peuvent en consommer en toute sérénité.

 

chou-rouge

Vous avez tous au moins consommé une fois un produit lacto-fermenté : la choucroute. Comme le chou, tous les légumes qui se consomment crus peuvent être très facilement lacto-fermentés. Voici comment faire (clic ici pour imprimer la recette) :

♦ On ébouillante des bocaux quelques secondes.
♦ On fait bouillir un litre d'eau. On laisse bien refroidir, pour ne pas brûler les aliments.
♦ On verse dans les bocaux des légumes propres et au besoin détaillés (râpés, coupés en rondelles, en cubes, c'est selon votre fantaisie). À noter que les légumes découpés fermentent plus facilement. Pour un meilleur résultat, on alterne des couches de légumes différents et on ajoute toute sorte d'aromates (ce qui vous tombe sous la main !). On tasse bien.
♦ Il y a deux méthodes : soit on ajoute deux cuillerées à soupe de sel (20g) dans le litre d'eau refroidi, et on le verse ensuite sur les légumes. Soit on répartit l'équivalent de sel entre les différentes couches de légumes pour mieux en extraire le jus, et on termine par l'eau refroidie. Dans tous les cas, on tasse bien et on penche le récipient pour faire remonter les bulles d'air : il s'agit d'en avoir le moins possible pour éviter le pourrissement.
♦ On arrête le remplissage du bocal à environ deux centimètres du bord supérieur : la fermentation produit souvent des bulles qui font s'échapper le liquide. Plus on remplit haut, plus on a de risque de fuites (prévoir une serviette pour poser les pots !).
♦ On ferme, sans serrer, et on laisse à l'ombre et au chaud deux ou trois jours, de préférence dans une endroit sans trop de vibration. C'est maintenant que la fermentation commence.
♦ Au bout de quelques jours, on ferme bien les bocaux et on les range dans un endroit frais, toujours à l'ombre.

poivron

• Votre produit est prêt à être dégusté au bout de trois ou quatre semaines, mais autant le laisser un peu plus longtemps : il sera encore meilleur. Avant de l'ouvrir, placer le bocal quelques heures au réfrigérateur, ça évitera que le contenu « explose » à l'ouverture (comme une bouteille de bière ou de champagne qu'on aurait secouée).

• On consomme peu de lacto-fermentation à la fois : une ou deux cuillers à soupe, ajoutées à une salade par exemple. Évitez le contact avec la chaleur, pour ne pas détruire toutes les enzymes produites par ce type de fermentation.
• Le mot a été lâché : enzymes. C'est notamment pour cette raison que vous allez adorer la lacto-fermentation : en plus d'être délicieuse, elle aide le travail digestif, elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Il semblerait même qu'elle enrichisse les aliments en vitamines (A, B/B12 (oui oui, vous avez bien lu !), C et K). La lacto-fermentation est considérée comme un aliment cru et vivant (à l'instar les graines germées dont on ne vantera jamais assez les mérites).
• Pour conserver au mieux tous ces avantages, on n'hésite pas à réutiliser le jus de la lacto-fermentation une fois que les légumes ont été mangés : on le boit (coupé à de l'eau si on veut, c'est ultra acide !). On peut s'en servir pour remplacer le vinaigre dans une sauce pour salade. On peut également en prélever une partie pour réensemencer de nouvelles lacto-fermentations, un peu comme on le fait avec les yaourts ou le levain.

 

zuchini duck


J'ai déjà préparé du chou (rouge, blanc, vert !), chou-fleur, des betteraves rouges, du poivron rouge et vert, du navet, des tomates (très acides !), des courgettes, concombres, carottes, échalotes, oignons, ail, céleri, radis roses et noirs, endives, poireaux. Je suis en train de faire des patates douces et des cornichons. Il semblerait que les fruits se prêtent moins à la lacto-fermentation, car trop acides. On retient donc que tous les légumes qui se mangent crus peuvent être lacto-fermentés. Je me pose cependant la question à propos des pommes-de-terre : elle ne se mange pas crue, mais comme la lacto-fermentation « prédigère » les légumes... Si quelqu'un a des info de source sûre, je prends !

 

Il n'y a rien de plus chouette que la lacto-fermentation !

 


 

Pour aller plus loin, n'hésitez pas à télécharger gratuitement l'excellente brochure de six pages proposée par Nature et Progrès Belgique en cliquant ici.

 

 

(1) Cette superbe image peut être achetée chez Easy Art

 

 

Repost 1
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 14:42

 

pommes recette rapide crumble aux pommes facile

 

 

Bien sûr que non, je ne vous avais pas oublié ! Ni vous, ni les dizaines de personnes qui se présentent ici, par ces jours de grand froid, avec un petit souci : elles sont atteintes d'anosmie, et manger devient tout de suite beaucoup moins agréable.

Alors pour se réchauffer le cœur, une recette simplissime et impossible à rater : Le Crumble aux pommes. Il a l'avantage de flatter le goût, pour ceux qui en ont encore un peu, mais aussi un sens que les « bien-sentants » oublient souvent en cuisine : le toucher. Parce que vous allez forcément réussir le mariage de ces pommes délicieusement fondantes avec la croûte effrontément croustillante. Bon appétit !

 

Crumble aux pommes

(Clic sur le titre pour accéder au pdf de la recette)

 

- 1 kg de pommes
- 125 g. de farine
- 90 g. d'huile végétale
- 60 g. sucre

 

Bien entendu, on peut essayer avec toute sorte de farines (blé, seigle, sarrasin etc.), toutes les huiles qui supportent bien la cuisson (j'ai pris pépins de raisin), d'autres produits sucrants naturels et d'autres fruits selon la saison.

 

Mélanger très rapidement l'huile, le sucre et la farine. La préparation ne doit pas être lissée, elle doit garder son aspect grossier, grumeleux.

Peler et épépiner les fruits, les couper en cubes. Les déposer dans un moule (pas besoin de matière grasse), avec un peu de cannelle si on veut. Recouvrir de pâte, toujours sans lisser.
♦ Faire cuire 25 à 30 mn à 210°C.
♦ Régalez-vous !

 

En photos, ça donne ça :

On étale les pommes grossièrement, on saupoudre de cannelle si on veut :

 

1 pommes et cannelle recette crumble aux pommes

 

 

On recouvre de pâte (la mienne est à la farine de seigle complète, d'où la couleur très sombre) :

 

2 pâte à la farine complète recette crumble aux pommes

 

 

On laisse cuire jusqu'à ce que ça dore :

 

3 retirer du four quand c'est doré recette crumble aux pom

 

 

Hop, on sert ! Chaud, tiède ou froid selon les goûts :

 

4 une part de crumble aux pommes


 

Parce que c'est chouette, le crumble aux pommes !

 

 

 

Pour rappel :

Repost 0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 14:25

 

gateau-anniversaire-blog-ivy.jpg



Ouh là là ! Je viens de me rendre compte que le blog a aujourd'hui cinq ans !

À mon grand étonnement, l'article qui explose littéralement toutes les stats ne concerne aucunement le jeu. Il s'agit de... La réduction sociale téléphonique ! Beaucoup de monde aussi à propos du C.N.R.J. Et, depuis quelques mois, un petit article qui monte, qui monte (et ça me fait bien plaisir), c'est... Mayonnaise !

Merci aux dizaines de milliers de visiteurs (si si !), de tous les continents, merci aux passants occasionnels et merci, bien sûr, à mes fidèles lecteurs – sans qui ce blog ne serait pas.Vous êtes super chouettes !

 

Allez, à 5, on souffle tous ensemble !

 

gâteau anniversaire blog ivy 2




C'est chouette, la vie du blog !

 

 

Repost 0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 04:55






Pour vous vendre mon pain d'épices, j'ai bien essayé de me déguiser en ours et de pousser la chansonnette. Un petit air entraînant, très joyeux. Joyeux comme les ingrédients de mon pain d'épices. Vous pensiez que les ours aiment le miel ? Grave erreur ! Un ours, ça se nourrit essentiellement de sirop de glucose-fructose, de matière grasse végétale (mais on ne sait pas très bien laquelle), de phosphate (sous forme de diphosphate disodique), de gluten et de soja*. Si, si !

- Mais ils sont où les épices de ton pain d'épices ?

- Euh, j'ai mis un tout petit peu de cannelle, en avant-dernier ingrédient, mais je vous ai ajouté plein d'arômes, comme ça, vous n'y verrez que du feu !

- Et tu as le droit d'appeler ça « pain d'épices », tu te moques de nous ?

- Tout à fait, j'ai le droit ! Je suis à la lettre le code des usages du Syndicat National de la Biscuiterie Française. Et qu'est-ce qu'il dit, le code des usages du Syndicat National de la Biscuiterie Française ? Hein ? Il dit que le pain d'épices doit contenir de la farine de froment ou de seigle (oui oui, car on les voit arriver les bretons qui voulaient nous faire du pain d'épices à la farine de sarrasin), des « matières sucrantes seules ou en mélange » et « des épices et/ou aromates et/ou arômes ». Ça signifie que déjà, si j'avais voulu, je ne vous aurais mis que des arômes ! Et vous trouvez encore à redire ?

- Oui ! T'as rien trouvé de mieux qu'une chanson de collabo pour nous vendre ton truc sans goût  ?



Hm, vous êtes durs ! J'ai bien vu que je n'aurai aucune chance avec mon pain d'épices presque sans épices et ma chanson d'avant-guerre. Alors j'ai raccroché mon déguisement d'ours. Tant pis. Et je vous propose une recette triste. Infiniment triste. Avec des vrais ingrédients qu'on trouve dans n'importe quelle cuisine (et qui les contrôle, hein ? Qui me les irradie ? Ben oui, des fois qu'il y ait des germes !). Une recette même pas chère (et mon chiffre d'affaire ? Comment vous croyez que j'ai pu atteindre un milliard six cents millions d'euros en 2008 ? Mais je vous préviens ! Si je dois licencier, ce sera de votre faute ! ). Une recette très simple à réaliser (160 ans de savoir-faire, notre fierté... Et vous, en quelques minutes, vous allez faire mieux). Une recette qui, contrairement à la nôtre, a du goût. Oui oui, même pour les gens atteints d'anosmie (parce que sincèrement, le goût, ce n'est pas la première de nos préoccupations. Le but premier d'une entreprise internationale comme la nôtre, c'est de verser des dividendes à ses actionnaires. Et vous venez me parler de goût ? Vous n'y êtes pas du tout).

Et, pire que tout, c'est une recette sans ours et sans matière grasse !

 


 


 

- 1 cuiller à soupe rase d'anis vert en poudre

- 1 cuiller à soupe rase de cannelle

- Quelques pincées des épices de votre choix (poivre, muscade, cardamome, curry, ce que vous avez sous la main)

- 1 cuiller à soupe de bicarbonate de sodium

- 150 g. de sucre

- 4 cuillers à soupe rases de miel

- 1 verre d'eau chaude

- 250 g. de farine


L'anis vert en poudre s'achète dans n'importe quelle pharmacie.



♦ Mélangez les épices, le bicarbonate de sodium et le sucre, puis le miel.
♦ Comme ça devient difficile à mélanger, ajoutez le verre d'eau chaude.
♦ Terminez par la farine.
♦ Versez-la dans un moule très bien beurré ou, mieux, un moule en silicone (attention, ça va pas mal coller !), et faites cuire 45 minutes à 175°C, en surveillant.
♥ Régalez-vous !


Parce que c'est chouette le pain d'épices qui a du goût !



* Pour info, composition du pain d'épices Prosper : Sirop de glucose-fructose, farine de seigle 42%, matière grasse végétale, poudres à lever : carbonate acide de sodium - diphosphate disodique - acide citrique, gluten, miel, sel, lait entier en poudre, arômes, cannelle en poudre, soja.

 

Repost 0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 04:26








On continue dans la série Anosmie, avec une gâteau ultra simple. Et pour nous, plus c'est simple, plus c'est goûteux. La recette nous est donnée par Anouk sur Marmiton.

Elle ne comporte que trois ingrédients et est, encore une fois, sans gluten.


Gâteau express à la crème de marrons


- 500 g de crème de marrons

- 3 œufs

- 125 g de beurre


* Faire fondre le beurre, y ajouter la crème de marrons, et les œufs entiers.

* Bien battre le tout au batteur électrique jusqu'à obtenir une consistance mousseuse.


* Verser dans un moule à cake bien beurré et faire cuire à four chaud (180°C) 30 minutes. Le four doit être bien chaud pour que la croûte soit croustillante et l'intérieur fondant.

 

* Régalez-vous !


Ça en deviendrait presque chouette d'être anosmique !

 

 

Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 06:01









L'anosmie, c'est la perte ou la forte diminution de l'odorat. C'est inné ou acquis, temporaire ou définitif. C'est un handicap bien sûr, car il vous manque un sens. Un handicap peu reconnu. Et après tout, c'est vrai qu'il y a bien pire, que ce n'est pas très grave finalement… Ça peut le devenir, quand plus rien ne vous prévient qu'il y a une fuite de gaz ou des émanations toxiques, et que vous auriez plutôt intérêt à quitter vite fait l'endroit où vous vous trouvez. Heureusement, ça n'arrive pas tous les jours.

L'anosmie s'accompagne souvent d'agueusie, altération totale ou partielle du goût. Et ça, ça arrive tous les jours. Ça s'explique parfaitement par le fait que quand vous mâchez votre nourriture, vous libérez des molécules aromatiques remontant vers le nez par les fosses rétro-nasales. Le phénomène s'appelle la rétro-olfaction. En d'autres termes, le nez permet de sentir les odeurs aussi bien que les goûts. Pour vous en convaincre, repensez à la dernière fois que vous avez eu un bon gros rhume. Ou essayez de vous boucher le nez en amenant un aliment à votre bouche, et en le goûtant. La première fois que je l'ai fait, le monde s'est effondré. Et j'ai commencé à mieux comprendre les conversations surréalistes qu'on avait à la maison :

« - T'as goûté le gâteau, c'est super bon, non ?

- Oui, mais je ne sais pas trop pour le goût, j'hésite entre banane et ananas.

- Euh… ?

- C'est de la poire alors, c'est ça ? C'est un fruit en tout cas !

- Euh, oui, c'est un fruit. C'est de la rhubarbe… ».

 

Et là, la cuisinière traverse un grand moment de solitude. Oh, pas que je sois vraiment cuisinière, ni scientifique, ni même anosmique, figurez-vous ! Mais j'aime bien cuisiner, manger et partager les repas. Et quand vous avez passé des heures à préparer un plat, et que la personne en face de vous n'a que la sensation de manger de la terre, ou du gras pur, ou une feuille d'arbre, il est temps de prendre les choses en main !

Après un an d'hésitation, de tests et de tâtonnements, il ressort quelques principes très simples :


- Privilégier les plats avec le moins d'ingrédients possible, pour ne pas « diluer le goût ».


- Bannir impérativement les aliments industriels qui, eux, sont truffés de conservateurs, d'antioxydants, de colorants, d'exhausteurs, d'émulsifiants etc. Et puis on vous irradie le tout un petit coup, des fois qu'il y ait des germes pathogènes. Évidemment, comme le goût est totalement dilué parmi au moins une dizaine d'additifs, on vous ajoute des arômes. J'ai la très intime conviction qu'un anosmique les perçoit mal, voire pas du tout. Son aliment n'a plus aucun goût ou seulement celui du sel...


- Savoir précisément ce que l'on mange. Un anosmique a une perception partielle du goût. Il confond avec allégresse la banane et la rhubarbe, on l'a vu, mais aussi par exemple le poisson blanc et le poulet (Ben oui quoi ! C'est de la même couleur, et c'est salé, c'est bien que c'est la même chose, non !?). Oubliez le gros ragoût où tout est mélangé en bouillie. Il nous manque un sens, on va le remplacer par un autre : la vue ! Séparez les ingrédients dans l'assiette pour qu'on voie bien leur couleur, leur texture. Nommez-les. Peu à peu, lentement mais sûrement, le goût s'affine. - Quand vous sentez un bon petit plat qui mitonne, l'odeur du pain qui cuit au four, ça vous ouvre l'appétit, ça met vos papilles en alerte, vous avez hâte de manger. Pas un anosmique, il s'en fiche, il ne sent rien. Encore une fois, remplaçons par un autre sens : on a tout à gagner à faire une jolie présentation, à mettre les ingrédients en scène, à jouer sur les couleurs des aliments !


- Privilégier les produits complets. Un aliment raffiné a perdu quasi toutes ses propriétés nutritionnelles : ses protéines, ses oligo-éléments, ses vitamines, ses minéraux, ses fibres. Et au passage, il a perdu son goût. C'est tout bénef pour le fabricant : d'un produit, il en vend deux, voire trois : à vous, des céréales blanches et insipides, au fermier le reliquat du raffinage pour nourrir le bétail. Voire il en réutilise une partie pour créer des aliments « enrichis » (en fibres, en minéraux, en protéines, en vitamines etc.), qu'il vous fait payer beaucoup plus cher. Et au passage, avec vos pâtes ou votre riz blanc, il vous vend un pot de sauce. Ben oui, parce que tout seul, ça n'a vraiment aucun goût ! Et le bénéfice pour vous, c'est quoi ? Mangez donc des pâtes, riz, pains et même du sucre complets, que vous soyez anosmique ou non, vous aurez du mal à revenir en arrière.



Encore une fois, tout cela n'est qu'expérience empirique et personnelle, sans aucun fondement scientifique. Pour plus de précision, consultez le site de référence : Olfac, et sa page de liens.


Oui, c'est bien joli tout ça, mais qu'est-ce qu'on mange ?

Voilà justement où je voulais en venir ! Une petite série de recettes, testées et approuvées. Non qu'elles ne sentent rien, bien au contraire, mais j'ai constaté que, bien que très simples, elles sortent un peu de l'ordinaire, qu'un anosmique ou moi avec le nez bouché (si, si, je vous jure que je goûte tout le nez bouché, pour le bien de la cause !) arrive à « sentir » quelque chose. À la texture bien sûr (et là encore, je suis convaincue qu'un anosmique développe une excellente perception « tactile » de ses aliments) mais aussi au goût.


On commence aujourd'hui en fanfare avec une recette originale, simplissime, et sans gluten :


 


Le gâteau au yaourt à la farine de châtaigne

 


Il vous faut :

- 1 yaourt nature au lait de vache ou de soja (gardez le pot, il vous sert de mesure pour les autres ingrédients !)

- 3 œufs

- 3 pots de farine de châtaigne

- 2 pots de sucre

- 1 pot d'huile

- 2 cuillers à café rases de bicarbonate de sodium


* Préchauffez le four à 180°C.

* Mélangez le yaourt et les œufs.

* Ajoutez la farine de châtaigne puis le sucre, l'huile et le bicarbonate de sodium.

* Versez dans un moule à cake, en silicone de préférence (pas la peine de graisser !), et faites cuire 45 minutes en surveillant.

* Régalez-vous !

 


Parce que c'est chouette, la vie tout court !

 

Repost 0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 11:53

 

On a été super rassuré en janvier, le gaz n'allait augmenter « que » de 4%, tandis que GDF, super lésé dans l'affaire, réclamait 6,1%. Qu'à cela ne tienne, on n'a qu'à proposer une nouvelle augmentation en avril ! Bingo, accordé ! 5,5%. Deux augmentations, c'est mieux qu'une. Et en quatre mois, les factures ont donc pris 9,72%. C'est raisonnable. Surtout quand on sait que GDF refuse de fournir les justificatifs à ces hausses, que son Pdg, Jean-François Cirelli, avait promis une stabilité des tarifs jusqu'en 2010, et que l'entreprise n'a réalisé « que » 2,4 milliards d'euros de bénéfice record l'an dernier. C'est peu, reconnaissez-le. C'est peu quand on affirme fièrement viser presque le triple pour l'an prochain : 6,1 milliards d' « excédent brut opérationnel ». Car depuis 2006, le dirlo reçoit une petite prime annuelle indexée sur les performances de l'entreprise. Allez quoi, vous voudrez bien faire un effort ! Seulement « 4 euros par mois » !

Vous êtes pauvres ? Euh ? Pauvre... pauvre ?! Il y a des gens qui ne sont vraiment pas gâtés. Ne vous inquiétez pas. Le gouvernement, dans sa générosité, va créer une nouvelle aide. L'idée est d'autant plus géniale, que cette nouvelle aide existe déjà depuis des années. GDF même la revendique pour son compte : «  Gaz de France abonde de 3 millions d'euros par an le Fonds de Solidarité Logement (FSL) des conseils généraux visant à aider les clients démunis à payer leurs factures énergétiques ». (Copié-collé depuis le
site de GDF. Si quelqu'un pouvait m'expliquer la phrase, ce serait gentil, parce que j'ai peur d'être trop pauvre pour la comprendre).

 


 


EDF joue parfaitement le jeu. Merci EDF. Oui, parce qu'à GDF, c'est un peu moins évident. En effet, on essaie « d'abonder de la subvention », oui, sûr, mais dans le sens de l'entreprise.

- GDF bonjour.
- Bonjour, c'est à propos de l'aide FSL qui m'a été accordée et que vous ne déduisez pas de mes factures.
- Rassurez-vous madame, vos factures sont à jour. Vous ne devez rien à GDF.
- Euh, pardon, mais c'est vous qui me devez 171 euros.
- Pas de souci, madame, toutes vos factures sont à jour, vous ne nous devez pas un seul centime.
- Comme je viens de vous dire, c'est vous qui me devez...
 Chez GDF en tout cas, vous êtes à jour de toutes vos factures.
(à répéter en boucle pendant une vingtaine de minutes...)
...

- Vraiment ? Attendez je regarde. Mais ! Vous avez un faux numéro d'abonnée !
- Euh ? C'est bien le XXX XXX XXX XXX ?
- Oui (d'un air ahuri), c'est exactement ce que je vois sur mon écran !
- Et donc, le numéro que m'a attribué GDF, celui que vous voyez sur votre écran, et qui figure sur mes factures, est un faux numéro d'abonnée ???
- Oui, enfin non, mais rassurez-vous, vous êtes à jour de vos factures, vous ne devez rien à GDF. Rappelez dans dix jours.
...

- Ah ? Le FSL ? Mais vous savez bien madame, l'administration... Ça prend au moins 15 jours, ces dossiers-là.
- Oui, mais celui-là a déjà plus de deux mois.
- Oh là, mais vous savez bien madame, l'administration... Ça prend au moins six mois, ces dossiers-là. Rappelez dans dix jours.
...

- Je ne vois rien dans votre dossier, vous ne devez rien.
- Le FSL et la mairie de Paris vous ont déjà envoyé deux courriers au sujet de cette subvention.
- Je ne vois rien dans votre dossier, vous ne devez rien. Ah ? Renvoyez-nous les courriers en recommandé avec accusé de réception, et rappelez dans dix jours.
...

- « Paris, le 10/12/2007. Madame, Monsieur. J'ai l'honneur de vous informer que le Directeur de la section du 18e arrondissement du Centre d'Action Sociale a décidé... »
- Ah super, vous avez reçu mon courrier alors ?
- Non, je ne vois rien dans votre dossier.
- Ben ! Vous venez de me lire la lettre !
- Ah ? Eh bien elle n'est pas dans votre dossier.
- Mais comment vous pouvez me lire la lettre si elle n'est pas dans mon dossier ?
- En fait, elle est dans votre dossier, mais pas dans l'ordinateur.
- Vous venez de me lire le courrier papier ????????????
- En fait non, je l'ai lue à l'écran. Pour être honnête avec vous, j'ai lu la lettre à l'écran, mais elle n'est pas dans votre dossier.
- Et comment vous avez pu la retrouver aussi vite alors, si elle n'est pas dans mon dossier ?
- En fait, pour être honnête avec vous, elle n'a pas été transmise au service facturation. Rappelez dans dix jours.
...

- Non, je ne vois rien dans votre dossier. Renvoyez les courriers.
- Vous plaisantez ou quoi ? Votre collègue vient de me les lire au téléphone !
- Ah ? Ah ! Ça y est, je comprends, c'est EDF qui a pris tous les sous !
- Euh non, ça c'est pas possible, parce que justement (là j'explique).
- Ah ben c'est que même EDF n'a pas reçu les sous alors, vous voyez bien !
- Ben comment expliquez-vous qu'EDF me déduise la subvention et pas vous ?
- Mais madame enfin, pourquoi mêlez-vous EDF à tout cela ? Je répète, EDF et GDF sont dorénavant deux entreprises bien distinctes !
- C'est vous qui avez parlé d'EDF, vous avez dit qu'ils vous avaient volé les sous.
- Ah ? En fait, votre mairie ne nous a jamais prévenus.
- Vous venez de voir la lettre qu'ils vous ont envoyée, et que je vous ai également renvoyée parce que vous l'aviez perdue.
- Ah ? Alors c'est la CAF qui n'a pas versé les sous.
- Si ! Numéro d'ordre XXX XXX XXX XXX, virement en date du 10 janvier 2008.
- Ah ? Alors je sais ! C'est le Scratchniarfgrouik (nom incompréhensible) qui bloque le dossier.
- Le quoi ??????????????????????
- Le Scratchniarfgrouik ! Ah là là, je suis désolée, ils nous font toujours le coup ! Je me renseigne, rappelez dans dix jours. (Et GDF me raccroche au nez).
...

Je dois bien l'avouer, ce matin, la dame de GDF a pleuré au téléphone. « Parce que les clients ne sont vraiment pas sympa. ». Mais voilà : aide « FSL énergie préventive » accordée le 17 décembre 2007. Versée à GDF le 10 janvier 2008, toujours pas répercutée sur les factures. Comme on le voit, GDF « abonde vraiment de la subvention ». Et GDF, avant sa fusion avec Suez, abonde surtout dans le sens de ses actionnaires. Les actionnaires ? Vous ne voudriez tout de même pas leur ôter le pain de la bouche ?

C'est chouette la vie de pauvre

Repost 0
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 21:01
Certains volatiles sont de bon augure. C’est ainsi que Pigeon Vole m’apprend ce matin qu’une star de renommée internationale visite régulièrement cette page, tout comme vous. La preuve ? Pigeon Vole a réussi à capturer cet improbable cliché :


martine-couverture-blog-ivy.jpg

  

C'est chouette, la vie du blog !
Repost 0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 14:37

 

Hier, ils ont enlevé la grue qui crânait devant ma fenêtre depuis des mois.

C’est drôle, j’ai l’impression que le ciel est tout nu.

 

 

 

C’est chouette la vie à Barbès !

 

Repost 0
27 avril 2007 5 27 /04 /avril /2007 07:42

Je pars quelque temps en Bourgogne.

Vous en avez assez des pommes et des cigognes. Alors pour patienter, voici un joli escargot à colorier.


Attention, jamais deux fois la même couleur dans deux cases contiguës.

À vos feutres !

 

 

 

En cliquant sur l'image, vous pouvez télécharger et imprimer cet escargot au format pdf. Vous en aurez même deux sur une page A4.

 

 

C'est chouette la vie des escargots à colorier !

 

 

Repost 0