Articles Récents

  • Via Vitae, par Dominique Ehrhard, avec Via Vitae !
    Bonjour ! Pour découvrir Via Vitae, un jeu de la Renaissance italienne (à quelques années près), par Dominique Ehrhard et Sid Sackson, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play
    Bonjour ! Pour découvrir Le Tour du monde en 80 jours, édition Gay-Play, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Full Moon, par Claude Leroy et The Horrors, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • Bonjour ! Pour découvrir Nottingham, par Uwe Rosenberg et Hellions, cliquez ►►►ici ◄◄◄ À tout de suite sur la nouvelle version de "Chouette La Vie" ! :)
  • La Ciste des 7 erreurs (ou plus)
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Venez découvrir une nouvelle ciste dans l'Yonne ! ►►► http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2016/03/ciste-le-jeu-des-7-erreurs-ou-plus.html Merci à tous pour votre belle fidélité :)
  • Petits Papiers Ludiques
    Bonjour ! Pour découvrir les tout nouveaux Petits Papiers Ludiques, cliquez ►►► ici ◄◄◄ À tout de suite sur Chouette La Vie ! :)
  • Deux nouvelles cistes à découvrir
    Envie de sortir et de vous amuser sans bourse délier ? Il y a deux nouvelles cistes à découvrir dans l'Yonne ! • "La Siste plène de photes et de rat-hures" : http://chouette-la-vie.blogspot.fr/2015/12/la-siste-plene-de-photes-et-de-rat-hures.html • Et...
16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 11:27

Les chiffres sont tombés début décembre. Il y aurait en France plus de dix-sept millions d’internautes et trois millions de blogs. D’après les estimations, ce chiffre double tous les six mois. Qu’on ne s’y trompe pas, la plupart des blogs sont très actifs (le mien par exemple, vous l’avez constaté !). Les professionnels de la communication tentent évidemment de récupérer le phénomène : ce sont des millions et des millions de pages vues chaque mois, qui voudrait se passer d’une telle publicité ? Les sociétés se sont donc souvent mises à créer leurs propres blogs. Là encore, vous ferez vite la différence : alors que les blogs sont des sites ouverts, où chacun peut s’exprimer librement, voire critiquer ouvertement le sujet, les blogs d’entreprise interdisent souvent les commentaires par peur de la contradiction. Certaines personnes ont un besoin encore plus immense de communiquer, d’essayer de se rendre sympathiques, proches des autres. Les politiques bien entendu ! Surtout en période pré-électorale. Comme personne n’est vraiment dupe de ces blogs « institutionnels », pourquoi ne pas se servir, pour plus de crédibilité, des bloggeurs eux-mêmes ? En voici un exemple :


 

J’ai découvert cette vidéo en traînant un soir d’insomnie sur la blogosphère. Oui, vous savez bien, vous vous promenez sur l’internet, vous cliquez de lien en lien, vous visitez des sites sur les animaux, la politique, la cuisine, les émissions de radio, les sciences astronomiques, le capital, la couture. Mais comment est née la blogosphère ? Comment fonctionne-t-elle ? Un étonnant reportage nous l’apprend :

 

 

 

 

Ces vidéos sont issues d’un blog parodique où la réalité dépasse souvent la fiction. Je vous le recommande chaudement : loiquejemeur

 

 

C’est trop chouette la blogosphère !

Repost 0
24 mai 2006 3 24 /05 /mai /2006 11:59

 

 

 

Ah ! Il y avait longtemps !
Aujourd’hui, je viens vous parler de la « réduction sociale téléphonique ».

Déjà, il faut savoir une chose, c’est que ça n’existe pas ! Non, non, ça n’existe pas, personne ne vous en parlera jamais, et surtout pas les assistantes sociales etc.
En quoi ça consiste ? Votre abonnement téléphonique est à moitié prix, le coût des communications reste le même. C’est réservé au minima sociaux, ça peut toujours aider.

Comment suis-je au courant, puisque ça n’existe pas ? Eh bien c’est quelqu’un, qui connaît quelqu’un, qui connaît quelqu’un, qui a entendu dire que quelqu’un en bénéficiait. Ah bon ? Je fais donc des recherches. Longues, très longues, les recherches. C’est vraiment un truc super secret, parce que j’ai un mal de chien à trouver l’info. Enfin si, voilà ! Il faut aller chercher un papier auprès de son organisme payeur, et le renvoyer à une société qui gère la réduction sociale téléphonique.

Me voilà de nouveau à camper devant le bureau des assedic. Arrivée à l’accueil (quatre heures de queue, un guichet ouvert sur cinq, comme à l’habitude), on me dit que ça n’existe pas.
Vous voyez bien, je vous avais dit que ça n’existait pas !

Bon, après une telle attente, j’insiste quand même.

Non non et non, ça n’existe pas !

Je continue à râler que je ne partirai pas tant que je n’aurai pas ce papier (là, le vigile s’approche… on est toujours chaleureusement entouré aux assedic).

Et là la dame m’explique :

-          Enfin si, ça existe « d’une certaine manière » (j’aime !!!!). En fait, c’est une grosse machine qui vient une fois par an, qui fait « pchiuttttt » et qui relève tous les minima sociaux. Vous n’avez pas de papier à remplir, ni à envoyer, c’est automatique, une fois par an.

-          Oui, mais elle est passée quand pour la dernière fois votre grosse machine qui fait « pchiuttttt » ? Nan, parce que si ça se trouve, je me suis inscrite le lendemain, donc je l’ai dans l’os pendant un an…

-          Ah, je ne sais pas, nous ne gérons pas la grosse machine qui fait « pchiuttttt ».

(Je tiens à préciser que ce dialogue est véridique…).

Comme par extraordinaire, la semaine suivante, je reçois un papier à remplir, pour obtenir la « réduction sociale téléphonique », envoyé par les assedic ! C’est vraiment magnifique !

Je remplis, je renvoie immédiatement, j’attends deux mois, oui, il y a toujours un peu de délai, et ça marche. Mon abonnement me coûte désormais beaucoup moins cher.

 

 

 

Seulement voilà, cette année, il a fallu que je renouvelle mon abonnement social téléphonique.
Comme quoi, la réduction sociale téléphonique existe bien, mais pas la grosse machine qui fait « pchiuttttt ». J'avoue que je suis un peu déçue sur ce coup-là.

J’appelle pour avoir le papier, maintenant que je sais qu’il existe. On me répond bien évidemment qu’il n’existe pas. J’insiste. Il faut que je renvoie ce papier avant le 8 avril, sinon on me supprime ma réduction, et je sais très bien qu’il existe, puisque je l’ai rempli l’an dernier.

-          Non, ça n’existe pas.

-          Vous plaisantez, je l’ai eu l’an dernier. Et n’allez pas me parler de la grosse machine qui fait « pchiuttttt », parce que ça, je suis certaine que ça n’existe pas.

-          Hein ? Mais qui a parlé de grosse machine qui fait « pchiuttttt » ? Il n’existe ni papier ni machine !

 

 

 

J’insiste lourdement. Nous sommes un mois avant la date butoir, mais je les connais, obtenir un papier prend parfois six mois sans que ça ne dérange personne, sinon la personne concernée. L’assistante sociale m’a affirmé que « Six mois, c’est déjà une bonne moyenne, vous avez de la chance ». Super !

Après de multiples coups de fils à France Telecom et à la société de gestion de la réduction, qui m’affirment tous que je dois renvoyer le papier fourni par les assedic, je rappelle ces derniers, en numéro surtaxé, bien entendu. J’ai de la chance, je tombe sur la même dame :

-          Je vous ai déjà dit que le papier n’existait pas.

-          Je vous ai déjà dit qu’il existe, puisque je l’ai rempli l’an dernier.

-          Hm… En fait, suite à votre appel de l’autre fois, j’ai fait des recherches : ce papier existe bien.

-          Ah ben voilà ! Vous voulez bien me l’envoyer s’il vous plaît ?

-          Ben oui, mais c’est un papier de l’an dernier, il faut que je trafique les dates.

-          Euh ???? Vous trafiquez les dates aux assedic ?????!!!!!

-          Je n’ai pas trop le choix si vous voulez votre papier.

-          Mais ça va se voir, ils vont dire que je fraude !

-          Écoutez, je vais voir ce que je peux faire, et je vous envoie le papier.

-          Oui, mais tôt hein ?!!! Parce qu’il faut que je le fasse parvenir avant le 8 avril moi !

-          Ne vous inquiétez pas, vous l’aurez à temps.

 

 

 

Bien évidemment, j’ai reçu le papier le 10 avril. Je l’ai renvoyé aussitôt, complété.

Mais c’était trop tard.

Tout le monde me dit : « Oui, mais ne t’inquiète pas, ta réduction, elle va être rétroactive, forcément ».

Hm, étant habituée au système, je doute un peu. Mais bon, je ne pouvais pas faire grand-chose de plus de toute manière.

 

 

 

Et voilà, la dernière facture de téléphone est tombée. Bien entendu, je n’ai plus de réduction sociale téléphonique, sauf que si en fait, et elle est même… post-active ! Oui, exactement ! On m’a déduit les mois de juillet et d’août en réduction, pour me les refacturer plein pot !

 

 

 

C’est trop chouette la vie de pauvre !

Repost 0
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 16:29

 

Aujourd’hui, j’étais convoquée par l’A.N.P.E. pour une « formation destinée à me remobiliser ». Car, comme vous l’avez lu dans le précédent article, je suis très fortement démobilisée en ce moment, et l’A.N.P.E. le sait.

Ce que je ne comprends pas bien, c’est que ce n’est pas mon A.N.P.E. qui m’écrit, c’en est une autre. Loin, très loin de chez moi. Mais la convocation est péremptoire, je suis obligée d’y aller, sinon je suis radiée. Et même « RADIÉE », en majuscules passées au Stabilo, des fois que je n’aurais pas bien compris.

Donc j’y vais. Dix kilomètres à pieds, ça use les souliers, mais si je suis radiée, je peux dire adieu à mes souliers.

 

 

Arrivée sur place, il y a comme un souci. Nous sommes trois cents ! Et il n’y a que deux salles de « formation à la remobilisation » qui ne peuvent accueillir que dix personnes chacune. Il y aussi l’organisation AC contre le chômage qui nous explique. L’A.N.P.E. ne peut plus s’occuper de nous, faute de moyens. Donc elle fait appel à d’autres organismes. Aujourd’hui, c’est la S.J.T., « Solidarités et Jalons pour le Travail ». Cette société gagne 10 euros par convocation qu’elle aura récupérée (pour les gens qui se seront présentés), et 385 euros par personne qu’elle aura réussi à garder pour son premier stage. Oui, car la « formation à la remobilisation » est constituée de cinq stages, à raison d’un tous les quinze jours.
Un monsieur était là, qui avait déjà suivi cette formation cinq fois. Bien obligé, sinon il était radié au Stabilo lui aussi ! Donc le premier jour, on vous apprend à faire votre C.V. C’est fort, vu que ça fait déjà plusieurs années que vous êtes au chômage, et que c’est le premier truc que vous apprend l’A.N.P.E. Le deuxième jour de « formation à la remobilisation », on vous enseigne comment écrire une lettre de motivation. C’est fort, vu que ça fait déjà plusieurs années que vous êtes au chômage, et que c’est le premier truc que vous apprend l’A.N.P.E. (ah oui ? vous avez remarqué que j’ai fait un copié-collé ?). Mais attention, la troisième journée du stage, ça change ! On vous montre comment vous « relooker ». Oui ! Coiffure, maquillage, petit tailleur, on vous donne tous les secrets pour réussir – mais évidemment pas l’argent pour vous payer tout ce luxe. Pour les autres journées, je ne sais pas, mais ce n’est guère important, ce que j’ai appris me suffit.

 

 

Nous sommes donc trois cents, et il n’y a que deux salles ne pouvant accueillir que vingt personnes en tout. Qu’est-ce que vous avez envie de faire dans ce cas-là ? Partir, bien entendu ! Et hop, radié au Stabilo ! Un chômeur de moins dans les statistiques du gouvernement !

Toutes les personnes convoquées, on s’en rend compte sur place en discutant, sont à l’A.S.S., possèdent souvent pas mal de diplômes, et ont entre 35 et 65 ans. Des gens à qui la société refuse souvent tout travail. Et un gros problème pour l’état car, contrairement aux Rmistes, nous sommes comptabilisés comme chômeurs, ce qui n’est pas bon pour les statistiques.
Mais nous avons aussi une femme de ménage, une vraie, il n’y a pas de sot métier. Cette dame a été licenciée, après onze ans de bons et  loyaux services, parce qu’elle refusait un stage d’anglais. Et elle avait eu l’impudence de demander pourquoi, tout à coup, il fallait qu’elle se mette à causer anglais avec sa serpillère ! On en rit sur le coup, mais on entend tout de même des histoires assez ahurissantes…

 

 

Bon, du côté de la S.J.T , c’est un peu la panique. Surtout qu’AC commence à s’activer aussi. Coup de fil à l’ANPE du secteur : ils ne sont pas au courant. Et là, on est plusieurs à dire qu’on ne dépend pas ce cette agence, mais d’une autre. Et on apprend même que des gens de province ont été convoqués avec nous aujourd’hui : un monsieur de Toulouse, un de Toulon, un d’Angers. Qui ont payé le voyage de leur poche, bien entendu. De toute manière, c’était ça, ou radié au Stabilo ! Je peux bien me plaindre avec mes dix pauvres kilomètres à pied.

 

 

Coup de fil à l’A.N.P.E. nationale, ils ne sont pas au courant non plus. Enfin… si, quelques minutes après, ils nous rappellent pour nous dire qu’ils sont au courant, donc qu’ils nous envoient la police ! On a super peur ! Bien évidemment on reste, on guette. L’A.N.P.E. nationale nous redit qu’on est des affreux méchants et qu’elle appelle de suite les C.R.S. ! Bon, en fin de compte, on n’aura vu aucun képi.
Mais ça ne nous avance pas trop dans notre affaire : on se demande toujours pourquoi on est autant à avoir été convoqués aujourd’hui. L’A.N.P.E. nationale ne sait pas non plus. Ah si ! Finalement, quelques minutes après, ils nous retéléphonent : ils viennent de se souvenir que c’est une erreur de leurs employés - qui ont pris eux-mêmes l’initiative de tous nous convoquer ! Mais il ne faut surtout pas que nous nous inquiétions : aujourd’hui, on est certes venus pour rien, mais ils nous garantissent qu’on ne sera pas radiés au Stabilo. Non. Ils sont cléments à l’A.N.P.E. Ils vont tous nous convoquer de nouveau, un par un, dans des conditions décentes. Évidemment, parce que trois cents personnes, avec l’aide d’organisations pour la défense des chômeurs et des précaires, ça fait un peu peur. Alors autant nous mettre la pression en individuel, bien au chaud dans un bureau…

 

C'est chouette la vie de pauvre !

Repost 0
18 octobre 2005 2 18 /10 /octobre /2005 23:00

 

Désolée, je n'ai pas du tout le temps de mettre le blog à jour, j'ai trop de travail. Alors je vous offre cette jolie pomme, pour patienter. Car oui, je vous le concède, la cigogne de l'autre fois n'était pas très digeste.

Merci les amis !

C'est chouette la vie du blog ! 

Repost 0
29 septembre 2005 4 29 /09 /septembre /2005 23:00

Aujourd'hui, j'ai reçu un mail hyper mystérieux, en provenance d'une adresse ne comportant que des chiffres. J'espère ne pas faire d'indiscrétion en vous citant le texte :

Ivy, je bois une petite coupe de champagne, comme ca,
parce que le champagne c'est délicieux, les petites
bulles ca piquote, et puis ca me rend gaie quand je
suis morose, voilà donc, pas d'évènement à fêter, rien
de spécial, juste pour le plaisir et puis parce qu'il
faut pas se laisser abattre, j'me dis, et tout d'un
coup je regarde l'étiquette.... c'est fou! Fou mais
chouette aussi. Vérifie par toi-même, j'ai pris direct
une photo pour te la montrer.

 

Et suit la photo choc :

 

Le comble, c'est que je suis née à Reims, capitale du champagne !

J'ai vraiment de super lecteurs ! Merci !

 

C'est trop chouette la vie tout court !

 

Repost 0
30 juin 2005 4 30 /06 /juin /2005 23:00

 

Quand j’ai emménagé dans l’appartement, il y a huit ans, il était infesté de mites.
Attention, pas n’importe quelle mite ! Celle de Barbès, la pire, celle qui connaît toutes les racailles du quartier, deale du crack, revend des fausses montres suisses, et des cigarettes de contrebande !


Non contente de s’en prendre aux tissus habituels, la mite de Barbès a aussi cette fâcheuse habitude de s’attaquer au linge qui sort de la machine à laver. Elle fait ainsi d’une pierre deux coups : elle a à boire et à manger !


Et puis c’est bien simple, vous vous couchez, le soir, tranquilles. Et le lendemain matin, vous n’avez plus ni pyjama, mangé, ni couette, engloutie, et même votre matelas a été entamé !


Bien entendu, aucun produit vendu dans le commerce ne venait à bout de cette terrible mite de Barbès. Jusqu’au jour où, en désespoir de cause, j’ai tout aspergé d’huile essentielle de lavande. Le miracle !


Alors là, la mite de Barbès se frotte les mains, se pourlèche les babines, et s’apprête à faire un festin de votre joli pull en cachemire. Elle approche, sûre d’elle, croque dedans à pleines dents, et là, horreur pour la mite de Barbès, elle vomit tout et tombe raide morte les quatre pattes en l’air – pour autant qu’une mite ait quatre pattes.
Oh, ne vous inquiétez pas, le vomi de mite, même de Barbès, c’est tout petit, ça ne se voit qu’au microscope à balayage électronique.
Alors voilà, plus de mites !


J’en ai vu quelques unes au printemps, pas très dangereuses, mais elles ont disparu dès l’été venu. Elles sont sûrement parties en vacances, pour frimer à St-Trop’, avec toutes les autres racailles de Barbès !


C’est chouette la vie sans mite !

Repost 0
12 juin 2005 7 12 /06 /juin /2005 23:00

Hier soir, mon garde du corps et moi nous baladions dans les rues de New York. En effet, nous nous rendons souvent à New York pour diverses taches, et sommes parfaitement rôdés.

Mais hier, nous avions eu une journée particulièrement éprouvante. Nous avions cependant réussi à accomplir notre mission sans verser une goutte de sang. Enfin, c’est surtout mon garde du corps dont il faut se méfier. À cause de ses bras… simiesques ! Mais passons !

Nous cherchions donc un endroit pour nous délasser, et oublier cette journée épouvantable. Malheureusement, nous connaissons un peu trop bien la ville, et commençons à être blasés. D’autant qu’avec ces cinquante missions à N.Y.C. au cours du même mois, nous avions déjà participé à tous les divertissements possibles et imaginables que propose la Grosse Pomme.

Mais tout à coup, en remontant Broadway, quelle ne fut pas notre stupéfaction de voir qu’ils jouaient l’un des plus célèbres classiques du répertoire français !

 

Repost 0
19 mai 2005 4 19 /05 /mai /2005 23:00

 

Aujourd'hui, j'ai un coup de blues. On nous a piqué notre grande poubelle ! Oui, ça fait quatre jours qu'elle n'est plus là ! C'est déjà arrivé, il y a quelques années. Tout l'immeuble s'était mis à sa recherche, comme s'il s'agissait d'un enfant égaré. On arpentait les rues du quartier. "Vous avez des nouvelles ? Vous l'avez vue ?". "Non, toujours rien". "Oui, oui, cette rue, je l'ai déjà faite"... Le désespoir.

Et un matin, après une ou deux semaines, elle est revenue, identique à elle-même - comme si de rien n'était, sans même un mot d'excuse de ses parents, rien !

Mais cette année, combien de temps va-t-elle fuguer ? On en a besoin, nous, de notre grande poubelle ! On l'aime, il faut qu'elle le sache ! Elle peut revenir quand elle veut, on ne lui fera aucun reproche ! On lui pardonne tout ! Elle peut revenir sans crainte ! Plus jamais on ne dira qu'elle est moche et qu'elle pue !

Reviens grande poubelle !

Repost 0
19 mai 2005 4 19 /05 /mai /2005 23:00

 

Vous êtes passé par ici ?

N'hésitez pas à me laisser un petit mot ! En cliquant sur "Ajouter un commentaire", oui, là, juste en dessous ! 

Et si vous le désirez, vous pouvez même vous inscrire à la newsletter, tout en haut de la colonne, pour être prévenus dès la publication d'un nouvel article. Pas de panique, vous ne risquez pas d'être spammés par moi ! ;-)

Merci, à bientôt :-)   :0010:

Repost 0
4 mai 2005 3 04 /05 /mai /2005 23:00

Depuis mon retour de vacances, j'ai plein de choses à faire, et pas une seule minute à consacrer au blog. De plus, l'absence de statistiques d'over-blog depuis presque un mois n'est pas très motivante en ce qui concerne l'ajout de nouveaux articles. Je termine ma commande groupée de t-shirts, je fais encore quelques paperasseries administratives, et promis, je me consacre entièrement au grand reportage sur Saint Petersbourg. De fait, toutes les photos sont prêtes - mais je voudrais encore écrire quelques légendes pour les accompagner.

En attendant, je vous offre cette superbe cigogne pour patienter. Ben oui, pourquoi pas une cigogne ? ;-)

C'est chouette la vie du blog :-)

Repost 0